La Confrérie

Description basique et objectifs

La Confrérie est une énigme pour tout le monde. Association de malfaiteurs pour certains, sauveurs inespérés ou encore opportunistes, peu de gens ont vraiment une idée de la structure de ce groupe. Apparus quelques années après le renversement du roi, ces individus ont commencé à lutter partout au sein du Royaume de Kreis. Se plaçant du côté du peuple, la population leur a vite donné un statut de résistance face à l'oppression des mages. Mais la réalité est plus trouble et bien souvent, la Confrérie semble plutôt lutter pour ses propres intérêts.

Origine

Il est difficile de définir quand précisément la Confrérie a été créée. Dès l'avènement de l'Assemblée, des contestations apparurent à travers le pays. Cependant elles furent écrasées sans ménagement : le contrôle des mages étant encore fragile, ils n'ont eu aucun remord à annihiler la moindre remise en question de leur hégémonie.

Chroniques de Waral - Confrérie

Il semblait alors que toute volonté de rébellion ait quitté la population. La pression de l'Assemblée se relâcha progressivement et c'est dans ces espaces que la Confrérie germa. Selon la situation géographique et les ressources à disposition de ces embryons de mouvements, leurs manières d'agir et la constitution de leur effectif furent affectées :

  • Les insurrections proches de la frontière Sud comportent plus de nains, qui souhaitent se venger et se cachent dans des réseaux de galerie.
  • À Heldenheim, ville cosmopolite, toutes les races et toutes les strates sociales ont formé un ensemble. C'est une véritable toile d'araignée qui utilise l'urbanisme délirant de la ville contre l'Assemblée.
  • À l'Est, l'influence de Mazdâra, le pays voisin, a pour conséquence des actes bien plus cruels que partout ailleurs; la haine de toute forme de magie est au cœur de leur processus de recrutement et d'action.

La montée en puissance de la Confrérie est si soudaine que la question de l'ingérence d'autres nations se pose. En effet, l'appareil militaire du Royaume de Kreis étant complètement soumis à l'Assemblée Arcanique, il semble peu probable que l'armement de ce soulèvement provienne de l'intérieur des frontières.

Direction

Peu d'informations ont filtré concernant l'organisation de ce mouvement. À force d'espionnage et de torture dans les donjons d'Heldenheim, l'Assemblée a réussi à savoir que la Confrérie s'organise en Chambres autonomes. Celles-ci gèrent indépendamment leurs opérations, s'affrontant même parfois lorsque leurs intérêts divergent.

La diversité des races et des professions qui rejoignent la Confrérie rendent difficile l'établissement d'une hiérarchie précise de chaque Chambre. Il ne semble pas y avoir de cohérence ou de planification des attaques à l'échelle du pays. Ce qui en terme de logistique s'avère un point faible, est en réalité un casse-tête infernal pour le renseignement de l'Assemblée Arcanique. Il est quasiment impossible de réaliser des prévisions sur les prochaines interventions de la Confrérie, car chaque Chambre est complètement différente des autres.

Cette autonomie des ramifications de la Confrérie se retourne parfois contre elle. Les intérêts des Chambres peuvent diverger et il est arrivé plusieurs fois que des luttes intestines dégénèrent en conflits ouverts. Ainsi des mages encerclés par la Confrérie qui pensaient leur dernière heure arrivée, passèrent de la terreur à la stupeur en voyant les forces ennemies s’entretuer pour avoir le privilège de les éliminer.

Membres et recrutement

Malgré ces divergences, la Confrérie ne manque pas de volontaires pour la rejoindre. La division de la population par l'Assemblée Arcanique a alimenté la haine et le ressentiment dans le cœur des petites gens.
Des individus de tous horizons souhaitent intégrer les rangs de la Confrérie. La ségrégation magique imposée par les mages fait que les recrues proviennent de toutes les classes de la population.

L'Assemblée récolte désormais ce qu'elle sème depuis plus d'un siècle. Les autres races et royaumes, qui ont souffert de la déprédation du Royaume de Kreis, soutiennent maintenant la Confrérie. Ils apportent les effectifs nécessaires à la continuité des opérations de déstabilisation auxquelles se livrent le mouvement de révolte.

Antagoniste de la Confrérie

Le statut de sauveur inespéré qu'une partie de la population lui confère et que la Confrérie revendique est pour le moins controversé. Les habitants de Heldenheim ont beau louer ses interventions, les rues se vident quand l'alerte est donnée. Des mouvements d'insurrection rivaux ont été éliminés, et la Confrérie ne tient pas compte des victimes civiles collatérales dans la planification de ses raids.

Le soutien populaire n'est donc pas uniforme. Les Chambres doivent changer régulièrement de lieu de rassemblement et traquent les traîtres dans leurs propres rangs. On trouve à chaque coin de rue de la Capitale des espions, prêts à transmettre les mouvements et autres informations stratégiques de la Confrérie au plus offrant, mettant ainsi un terme définitif à ce mouvement de contestation.

Bien évidemment, le grand ennemi reste l'Assemblée Arcanique. C'est la cible principale et régulière des attaques menées par la Résistance, et cet affrontement a progressivement transformé les rues de la Capitale en champs de bataille. Les objectifs des raids de la Confrérie sont variés, allant de la destruction de bien à l'assassinat et au kidnapping. Cependant il n'y a jamais eu de revendications claires ou de but vraiment avoué à l'issue de ces attaques. Ainsi, les différentes Chambres de la Confrérie se contentent d'accumuler richesses, pouvoir et reconnaissance, aux dépens du pouvoir actuellement en place.

À cause de sa nature hétéroclite, la Confrérie s'attire également l'inimitié d'autres forces, parfois au-delà des frontière du Royaume de Kreis. Des elfes ayant fui la matriarchie ionienne, des nains ayant soif de vengeance, des magiciens embryonnaires venant de Mazdâra ou des trolls sortis de leur léthargie; ce sont autant d'alliés importants mais gênant pour la Confrérie. Il faut alors peser le pour et le contre quant à garder ces membres en son sein.

Actions récentes de la Confrérie

Tout semble indiquer que les révoltes qui secouent Heldenheim en ce moment ont été instiguées par la Confrérie. Les mouvements de protestation sont difficile à endiguer pour les forces de l'ordre. En effet, les troubles dans la cité sont très nombreux mais surtout simultanés. La garde est tout simplement dépassée, et les mages pas assez nombreux pour contrer la vague de défiance de la population.

Hélas pour l'Assemblée Arcanique qui espérait reprendre le contrôle de la situation rapidement, la Confrérie ne cesse de frapper, embusquant les renforts, attaquant les réserves de vivres et attisant la flamme de l'indignation.